Archives de catégorie : Formation en Spirale Dynamique

48-Pensée fermée typique en physique

La Spirale Dynamique est un sujet très peu connu et accepté alors qu’il devrait être enseigné dans les écoles. Mais les Chabreuil ne l’ont pas fait pour l’instant, Beck et Cowan pas non plus que je sache. Cela repose donc encore une fois sur nous, mais ce n’est pas le problème d’aujourd’hui.

Couverture livre Freie Energie - Claus TurturUn autre sujet très peu connu, notamment en France, car en Allemagne il est plus répandu vu que le chantre du sujet est allemand, c’est une nouvelle énergie renouvelable qui s’appelle en termes scientifiques « énergie du point zéro des ondes électromagnétiques du vide quantique », ou énergie de l’espace. Je lis actuellement un livre de vulgarisation sur le sujet et me suis inscrite sur un forum de physique pour qu’on puisse m’expliquer certaines formules qui se trouvent dans le livre. Après la troisième formule, j’ai arrêté de jouer à cache-cache et j’ai révélé le sujet et le titre du livre. Et hop, je me suis pris un coup sur la tête. Ce sont des inepties, je diffuse un hoax et mon fil de discussion est hors cadre, c’était les reproches les plus courants, et mon fil a donc été fermé.

Pour vous rappeler ce qu’est une pensée fermée, voici une courte lecture: http://cercle-jaune-plus.com/2013/08/02/35-etes-vous-libre-dans-vos-pensees/. Mais je vous retranscris aussi leurs exigences.

« Mouvement perpétuel et systèmes assimilés

Les sujets relatifs aux mouvements perpétuels et autres systèmes dits sur-unitaires ou bien encore dénommés « free-energie » ne sont pas admis sur le forum de XX, rubrique « Physique ».

Les raisons de cette limitation:

Les mouvements perpétuels ou les systèmes produisant plus d’énergie qu’ils n’en consomment sont réputés infaisables d’un point de vue scientifique car ils contredisent les lois les plus élémentaires de la physique.

L’INPI n’accepte de toute façon pas les brevets relatifs à ces systèmes.

Note: Le forum « FS » étant français, l' »INPI » est la référence en matière d’antériorité. De plus l’académie des sciences refuse depuis 1775 toute communication sur le mouvement perpétuel.

Il est possible de trouver actuellement, sur le net, beaucoup de systèmes qui prétendent fournir de l’énergie gratuitement. Ces sites, de notre point de vue, visent à exploiter la crédulité de personnes mal informées ou n’ayant pas les connaissances techniques suffisantes pour pouvoir procéder à un discernement.

Du point de vue de l’éthique de notre forum, nous ne pouvons pas, à ce sujet, pour les raisons précédemment énoncées, admettre un lien vers des sites avec lesquels nous ne pouvons pas être en accord.

Toute discussion, sur les systèmes dits « à mouvement perpétuel » ou « sur-unitaires », ou bien faisant référence par lien à de tels systèmes sera donc fermée sans préavis et sans justification.

Ouverture d’esprit

  • Toutefois, considérant que l’auteur initial du message peut être de bonne foi et ouvert aux arguments logiques, la discussion initiée pourra éventuellement rester ouverte pendant une courte période, le temps d’expliquer pourquoi la question ou la solution proposée se heurte à une impossibilité.

Leurs exigences

« Les idées, aussi géniales soient-elles, doivent être étayées comme l’indique clairement La Charte, ce qui concrètement doit se traduire par un certain nombre de faits irréfutables.

En admettant » qu’une personne trouve un tel système, elle devra pouvoir satisfaire aux cinq critères suivants avant d’en débattre sur le forum.

1°) Les idées en tant que telles n’ont pour nous aucune force de preuve, et tout système proposé devra être obligatoirement montré par un prototype totalement fonctionnel et qui doit bien sûr fonctionner plusieurs jours sans interruption et sans aucune intervention extérieure.

Les dessins de CAO 3D animés ou non et les vidéos invérifiables ne peuvent être acceptés.

2°) Avoir préalablement déposé un brevet et être à l’étape 10 du dépôt de brevet.

Justification du 2°. Une telle invention, si elle était discutée auparavant sur un forum ne pourrait plus être brevetée car elle ne serait plus nouvelle.

L’invention doit être nouvelle, c’est-à-dire qu’elle ne doit pas porter sur une innovation qui a déjà été rendue accessible au public, quels qu’en soient l’auteur, la date, le lieu, le moyen et la forme de cette présentation au public. (Source INPI.)

3°) Le système proposé à la discussion sur le forum ne doit pas reposer sur du texte aussi sophistiqué (et sophiste) soit-il et des calculs plus ou moins invérifiables, voire fumeux, comme nous le voyons trop souvent.

L’énergie générée par le système proposé doit pouvoir être mesurée par un système totalement indépendant de l’invention proposée (Le système de mesure doit pouvoir être séparé physiquement et découplé sans aucun subterfuge).

Le système de mesure de l’énergie brute produite doit être basé sur des systèmes et des mécaniques simples, comme un frein de Prony, un frein à bande, une poulie soulevant un poids, un accouplement à une pompe ou un générateur d’électricité raccordé à un consommateur standard qui doit avoir des caractéristiques techniques connues.

4°) Il appartient à l’auteur de l’invention de prouver que le système fonctionne sans subterfuge et conformément au 3°. Il n’appartient pas au forum ni à ses membres de prouver la validité du système ou de l’idée.

5°) Ce système doit pouvoir être reconnu valide par les femmes et les hommes de l’art en fonction du principe énoncé simplement et par une démonstration in situ selon les strictes conditions définies au point 3.

Si les cinq points sont remplis, alors nous nous réjouirons qu’enfin quelqu’un ait trouvé une solution réelle et indiscutable à ce problème sur lequel ont buté quelques milliards d’êtres humains depuis quelques milliers d’années.

Tout sujet de discussion qui ne satisfait pas à ces cinq points sera immédiatement fermé sans préavis puis archivé sans commentaire ni recours. »

J’ai voulu taire leur nom, car je les trouve ridicules dans leur pensée fermée et une obstruction à l’amélioration des conditions de vie sur notre planète. Mais fermé, c’est fermé, donc nous nous passerons d’eux et contournerons le problème. Et la remarque que quelques milliards d’humains ont buté sur le problème, alors que nous sommes juste près de 8 milliards sur terre, c’est totalement absurde, car cela voudrait dire que pratiquement chacun s’y intéresse, alors que pratiquement personne n’est au courant!!!

47-ROUGE-BLEU, Paris-Marseille

FB-Police, vos papiers svpCela fait longtemps que je ne regarde plus la désinformation de TF1 et co. De toute manière, les gros problèmes, on en est informé par d’autres canaux. Et ce qui est vraiment important, j’ai bien conscience des problèmes globaux de nos sociétés.

Pour ceux qui nous suivent ou qui s’intéressent à la Spirale, les caractéristiques principales de Rouge et de Bleu en société devraient être présentes à l’esprit, mais je veux bien en rappeler les principales.

Pour Rouge, les expressions saines sont: exiger le respect, faire des choses héroïques, explorer, découvrir, créer du plaisir et de l’aventure, se révolter contre l’oppression.

En Bleu, c’est faire son devoir, se sentir appelé par quelque chose de plus haut, se sacrifier pour la cause, trouver la joie dans le but et sa signification, établir l’ordre, des règlements et des lois, préférer l’intégrité et l’honnêteté.

On reconnaît ainsi tout de suite en Bleu la police et en Rouge les jeunes délinquants des quartiers chauds de certaines villes. Bleu vient après Rouge sur la Spirale, donc Rouge ne connaît et ne comprend pas Bleu. Et un Bleu profond rejette Rouge pour être dépassé, obsolète et source de problèmes.

Jaune qui représente le premier valmème ou niveau du 2e tier (terme anglais désignant le deuxième groupe de valmèmes ou plateau) sait que tous ces niveaux sont de même valeur et uniquement des étapes dans l’évolution de la Spirale vers Jaune et au-delà.

Dans la réalité, les policiers en Bleu veulent dominer les côtés négatifs de Rouge, ce dont Rouge a évidemment horreur, il va donc faire ressortir ses côtés négatifs. Il bascule et malmène, devient violent face aux personnes vulnérables. Des fusils à pompe et le grand arsenal quasi militaire de certains délinquants fait des policiers armés de pistolets des personnes fragiles, ils ne s’aventurent plus dans les quartiers chauds abandonnant la population à la loi du plus fort. Rouge a besoin de se prouver constamment qu’il est le plus fort, il ne supporte pas la faiblesse, qu’il exploite, intimide et manipule. Dans son monde, on est fort ou faible, les faibles sont là pour servir les forts. Ce sont des larbins qu’on menace, ridiculise et qui font usage d’un langage grossier.

Face à ce petit jeu, la police ne peut pas utiliser les expressions saines de Bleu. Elle va donc, elle aussi, ressortir ses expressions négatives ou malsaines. Elle devient rigide, ne remet pas son pouvoir en question, fait preuve d’une pensée polarisée et impose ses visions. Elle est également tournée vers le jugement pour condamner.

SD-Police, mission et engagementC’est une situation qui parait inextricable. Et pourtant renforcer ses positions de chaque côté n’améliore rien, au contraire, elle apporte toujours plus de violence.

Ce qu’il faudrait, c’est une situation totalement innovante. Prenons Marseille comme exemple, c’est comme Paris, une ville en arrondissements. Je ne connais pas la ville, mais il y a des quartiers chauds, malfamés où sévit un Rouge malsain. Pour commencer, le maire et les chefs des arrondissements devraient être formés du moins sommairement à la Spirale Dynamique. Pour les quartiers chauds, il faudrait mettre en place une « administration temporaire » avec beaucoup de discussions, de négociations avec la population et composée de cinq personnes également formées à la Spirale Dynamique: un chef Rouge qui sait répondre au Rouge malsain par un Rouge sain, un Bleu pour répondre aux besoins en Bleu de la police et de certaines personnes positionnées à ce niveau, un chef Orange, un chef Vert et surtout un chef Jaune, car c’est le seul qui aura fait le saut quantique entre Vert et Jaune et qui essaiera de lisser les conflits entre les valmèmes.

Ce serait une expérience à tenter, au moins sur un quartier chaud.

46-Police et Spirale Dynamique

Du fait de mon diplôme universitaire en portugais, il m’arrive d’être appelée à faire l’interprète pour la police, en général la PAF ou Police Aux Frontières, mais également parfois le commissariat central.

La police, nous le savons, est une structure de l’État. Et ces structures formelles sont arrivées avec le valmème Bleu. En Bleu, il est donc question d’ordre, de vérité, de structure, de hiérarchie.

Les personnes arrêtées et qui sont conduites à la Police aux Frontières sont originaires de pays parlant portugais lorsque je suis appelée à la rescousse, en l’occurrence Angola, Mozambique, Guinée Bissau, Portugal et Brésil. Les sociétés africaines sont souvent dominées par Pourpre au niveau personnel, en Bleu au niveau de la religion, en Rouge au niveau de certains dirigeants de pays et d’entreprises. Les individus arrivent bien sûr à des niveaux de conscience supérieurs.

Police-Force brutaleEn Afrique, la police souvent corrompue, violente et habituée à se faire financer par la population pour augmenter ses revenus n’est pas appréciée par elle, mais crainte. On fait donc tout pour essayer de s’en sortir avec le moins de dommages pour soi-même de cette situation désagréable, d’ailleurs, on ne comprend pas comment fonctionne le système français de la police et avec la mauvaise image que l’on a de la police de son pays, on ne lui fait pas confiance, on endure.

Côté interprète blanche, on voit des films policiers à la télé où les enquêteurs expliquent aux prévenus qu’ils sont leur dernière chance de s’en sortir. Ils se présentent souvent comme quelqu’un qui veut du bien au prévenu, évidemment dans le cadre du crime commis, une position plutôt du domaine du Vert.

Alors, on se demande comment concilier les deux. D’autant plus que l’on assiste parfois à une grande incompréhension entre enquêteur et enquêté. Les personnes dominées par Pourpre dans leur vie de tous les jours ont besoin que l’on s’adresse autrement à elles que celles qui ont des valeurs en Bleu. Dans la société Pourpre, l’individu est soumis à la protection du groupe, quand il se trouve en-dehors du groupe, il se sent menacé, il a besoin de protection. Un policier blanc ou même nord-africain face à un prévenu noir doit avoir un comportement bienveillant, empathique, de compassion et d’autant plus si c’est une femme. La police a souvent tendance à voir les gens tout de suite comme les pires coupables, alors que jusqu’à preuve du contraire, nous avons toujours encore la présomption d’innocence comme règle de base! Au travers de sa vie personnelle, le policier a pourtant traversé la période Pourpre dans son jeune âge lorsque sa maman et son papa le couvaient, le protégeaient, l’aidaient à retrouver son équilibre lorsqu’il avait des problèmes. Mais il était très jeune, il avait même un doudou pour se sentir protégé durant la nuit. Mais après il a connu une phase Rouge de renaissance du Moi et maintenant il doit appliquer des règles de Bleu. Certes, les règles de Bleu sont nécessaires et bonnes pour que la société fonctionne en Bleu, mais il faut que les personnes en Pourpre puissent les comprendre. Alors, lors d’une audition, il ne faut pas s’attendre à ce que le ou la prévenue puisse répondre clairement aux questions posées. Dans sa tête, le prévenu a besoin d’expliquer pourquoi les choses sont comme elles sont et pourquoi il en est arrivé à faire ce dont il est accusé, cela l’oblige à des paraphrases, des répétitions et des rallonges. Parfois, je fais l’intermédiaire entre les exigences des règles en Bleu et les besoins des personnes en Pourpre, mais je dois faire attention à ne pas en faire trop, à ne pas empiéter sur le territoire du policier. Alors, cela fait un bout de temps que je pense que les policiers devraient être formés à cet outil de la Spirale Dynamique. Et pour les policiers, juges et autres enquêteurs qui passeraient par ici, il serait bon de commencer au début du blog, avec le premier article et ne jamais oublier que chaque valmème, chaque niveau a ses côtés positifs et ses côtés négatifs.

Le GASS ou Groupe Albert Schweitzer Solidaire de l’association ICEA a d’ailleurs été créé pour remédier autant que faire se peut aux duretés et rigidités de certaines pensées et intentions en Bleu et de l’inefficacité de l’État dans certains domaines.

43-Surdouance et Spirale Dynamique

Je suis en train de lire un livre fort intéressant qui porte le titre « Trop intelligent pour être heureux » de Jeanne Siaud-Facchin et j’y retrouve beaucoup de similitudes entre les problèmes des surdoués qui y sont décrits et ceux de la Spirale Dynamique qui se trouvent dans le piège Gamma et au niveau du Second Plateau.

FB-14-CerveauPour se penser, s’imaginer, se comprendre surdoué ou à haut potentiel (HP) ou zapar (être à part, terme que je préfère à zèbre) à l’âge adulte, il faut en avoir saisi toutes les dimensions, toutes les nuances. Il faut avoir compris qu’il s’agit moins d’un haut niveau intellectuel que d’une intelligence aux composantes singulières qui modifie la façon de percevoir, comprendre et analyser le monde. Il faut avoir intégré que la dimension affective est une composante essentielle de la personnalité du surdoué. Être surdoué est peut-être finalement, d’abord penser avec son cœur, bien avant de penser avec sa tête.

Être surdoué, c’est une personnalité toujours marquée par ce double sceau: une intelligence puissante au fonctionnement qualitativement différent, une sensibilité intense qui imprègne chaque moment de vie.

Petit résumé à l’usage de ceux qui veulent comprendre d’un seul coup d’œil.

Être surdoué, ce n’est pas forcément être plus intelligent que les autres, mais fonctionner avec une intelligence différente.

Quand on est surdoué:

  • l’hypersensibilité,
  • l’ingérence émotionnelle constante,
  • la réceptivité sensorielle exacerbée,
  • l’empathie qui capte toutes les émotions des autres,
  • les capacités sur-développées des cinq sens,

sont des composantes indissociables de la personnalité.

FB-Trop intelligentL’intelligence du surdoué est riche et puissante, mais s’appuie sur des bases cognitives différentes:

  • une activation cérébrale d’une haute intensité,
  • un nombre de connexions de neurones significativement plus élevé, des réseaux de neurones qui se déploient dans toutes les aires du cerveau,
  • un traitement des informations en arborescence avec une ramification rapide d’associations d’idées qui ont du mal à se structurer,
  • un déficit de l’inhibition latente qui oblige le système cérébral à intégrer toutes les informations en provenance de l’environnement sans tri préalable: les surdoués en ont plein la tête,
  • une impossibilité d’accéder aux stratégies utilisées lors de la résolution d’un problème car les connexions se font à grande vitesse et en deçà du seuil de la conscience,
  • une intelligence intuitive et en images qui se débrouille mal du langage, des mots et de la structure verbale.

Les caractéristiques cognitives et affectives du surdoué sont validées par les connaissances scientifiques actuelles et en particulier par les neurosciences. Il ne s’agit ni de croyance, ni de mythe, ni de fantasme mais d’une réalité objectivable.

Tiré du livre « Trop intelligent pour être heureux » de Jeanne Siaud-Facchin

42-Obstacles à l’évolution

Les obstacles sur le chemin de l’évolution

Dans son article « Emerge or Submerge », Stephan nous a montré que l’on ne peut évoluer qu’avec une pensée ouverte. Mais cela ne suffit pas, car au sein de la pensée ouverte, il faut remplir certaines conditions pour avancer.

Les 6 conditions du changement

Un changement vertical, selon le professeur Graves répond à six conditions pour que l’on puisse conclure qu’il s’est effectué en bonne et due forme entre un valmème et le suivant: potentiel cérébral, solutions, dissonance, « vue-dedans » (insight ou Einsicht), obstacles, assistance. Il faut donc que les six conditions soient remplies, si une seule manque, le changement n’aura pas lieu ou ne durera pas.

Potentiel cérébral

Quand on dit à quelqu’un qu’il n’a pas le potentiel cérébral pour comprendre ce que l’on dit, il peut réagir avec violence parce qu’il associe cela à « être bête ». Ce n’est pas cela du tout. L’enfant qui naît a déjà une certaine intelligence qui lui permet d’apprendre tout ce dont il a besoin pour vivre dans les sociétés d’aujourd’hui même si elle évolue en fonction de la plasticité du cerveau. Le cerveau est un organe modifiable, cela ressort d’études scientifiques. Les capacités cérébrales font appel à l’ouverture d’esprit, à la réflexion et au travail sur soi. Des événements particuliers, des traits de caractère ou des pressions sociales peuvent aboutir à une attitude arrêtée ou coincée, les capacités cérébrales se trouvent alors bloquées. « Le modèle de la Spirale Dynamique présente chaque valmème comme le résultat de l’interaction entre des conditions de vie et des capacités cérébrales. Lors du passage au niveau d’existence suivant, les capacités cérébrales correspondantes sont activées… si toutefois la personne les possède. »

Vu que le potentiel cérébral est lié à chaque valmème, les réactions sont différentes en fonction des valmèmes: « Préoccupé uniquement de la satisfaction de ses besoins physiologiques, BEIGE ne se pose bien évidemment pas la question. POURPRE considère que certains individus ont des pouvoirs particuliers, les chamans par exemple, et peut donc accepter le concept s’il réussit à lui donner sens. ROUGE sait bien que les gens sont différents, et qu’il y a notamment les forts et les faibles, mais il risque de réagir assez vivement si vous sous-entendez que c’est lui qui n’a pas le potentiel cérébral! Pour BLEU, la Vérité Ultime a mis chacun a sa place, alors s’il y en a qui n’ont pas le potentiel cérébral, ils n’ont qu’à l’accepter et ils en seront récompensés plus tard. Un peu comme ROUGE, ORANGE classe les individus en deux groupes. Chez lui, ce sont les gagnants et les perdants; mais chacun doit avoir sa chance de faire partie des gagnants, et il n’aime pas l’idée que quelque chose l’en empêche. Le plus horrifié est indubitablement VERT, et si l’idée est prouvée, il se battra pour qu’elle soit exprimée de manière plus politiquement correcte et que ceux n’ayant pas le potentiel cérébral n’aient pas à en souffrir. Quant à JAUNE, l’exactitude du concept lui semble une hypothèse fort probable et à utiliser en restant attentif à sa confirmation ou à son infirmation théoriquement et/ou par les faits. »

Solutions

Dans ma vie, j’ai depuis longtemps l’impression de marcher souvent sur des sentiers dont je n’ai aucune idée où ils vont m’emmener, mais en même temps, cela me grise de faire les découvertes que je fais. Les changements verticaux que j’ai effectués m’ont fait passer d’un système de valeurs connu pour me lancer dans un système inconnu. Il est évident que cela nécessite de l’énergie et du courage, ce qui ne me manque pas. La solution consiste donc, notamment pour un individu comme moi, mais aussi pour une organisation ou une société, à avoir réglé ses problèmes avant de passer au valmème suivant. Personnellement, le travail que je fais, je ne pourrai le faire si je n’avais pas le soutien de certaines personnes. Pour trouver les solutions, il faut regarder quelles sont les conditions de vie autour de soi ou pour soi et fixer des priorités. « Par exemple, le capitaine d’un navire en train de traverser une zone riche en icebergs exige de son équipage une obéissance de type BLEU et serait à juste titre réticent devant toute tentative de discuter en ORANGE des moyens d’obtenir que les passagers dépensent plus d’argent à bord ou bien d’envisager en VERT que le cap soit fixé de manière consensuelle par tout l’équipage! »

Dissonance

La dissonance se fait sentir lorsque le valmème dans lequel on se trouve ne semble plus fonctionner, si tout se passe bien dans le valmème dans lequel on est, il n’y a aucun besoin de changer. Ce sont donc les changements au niveau des conditions de vie qui provoquent des dissonances. Mais cela peut aussi être induit par l’extérieur, des personnes qui souhaitent provoquer un changement qui leur semble nécessaire.

« Un problème crée la dissonance s’il montre de manière évidente l’inadéquation entre le système de valeurs actuel et les conditions de vie. Par exemple, BEIGE peut avoir des problèmes à trouver de la nourriture dans la rue, ou bien ne sait pas comment s’adapter à un changement de son environnement. POURPRE peut constater que ses rituels ne fonctionnent pas ou que le dépassement d’une taille critique ne permet plus à sa structure tribale d’être opérante. ROUGE peut atteindre un niveau de violence insupportable même pour ceux qui sont au sommet de l’empire. BLEU peut constater que ceux qui ne respectent pas la Vérité Ultime prospèrent. ORANGE peut arriver à un niveau de stress et de frustration insupportables. VERT peut se retrouver paralysé et ruiné par son modèle de décision. »

47-Obstacles à l'évolution« Einsicht » ou Eurêka, j’ai compris

Les Américains ont appelé cette quatrième condition « insight ». Je n’ai pas encore trouvé un bon terme français, mais c’est la condition où l’on a trouvé la réponse à ce que l’on cherche, on a analysé le problème et compris pourquoi le problème est apparu. Après la dissonance vient la compréhension de ce qu’il nous faut pour remplacer ce que l’on ne veut plus. Il n’y a pas « une seule solution, car chaque système de valeurs peut s’incarner de multiples manières, mais quand même en une seule catégorie de valeurs profondes. »

Obstacles

En gardant les yeux ouverts sur la société, on peut bien voir les obstacles au changement. Par exemple ceux qui parlent de réduction de la démographie sont tournés en ridicule par ceux qui sont dans le BLEU/ORANGE en position arrêtée ou coincée. On peut contourner cet obstacle au moins pour soi et n’avoir plus qu’un seul, au maximum deux enfants. Dans ce cas, il s’agirait d’un obstacle extérieur en matière de politique, mais il peut aussi être intérieur pour une personne qui suit des règles comme mentionnées dans la bible du genre « multipliez-vous pour couvrir la terre ». Dans les territoires occupés de Palestine, l’occupant israélien fait 6 enfants par famille pour augmenter rapidement la population juive. Mais revenons aux obstacles personnels extérieurs, dus aux circonstances ou aux autres personnes ou intérieurs dus aux événements de la vie, aux croyances et peurs personnelles. La tentation est grande de se focaliser sur les premiers alors que les seconds sont souvent ceux qui empêchent le plus l’évolution.

Assistance

L’assistance est souvent impérative pour passer d’un valmème à un autre. Quand on découvre qu’on a le potentiel cérébral, la solution, la reconnaissance de la dissonance, la compréhension claire du problème et la levée des obstacles, on ressent une joie profonde, une excitation positive. Personnellement, je ne suis que rarement proie aux doutes ou aux craintes, sans doute parce que j’ai l’habitude des changements et que je suis ouverte aux changements, même si au niveau des relations sociales personnelles, cela devient fatiguant de devoir constamment reconstruire des relations. Je ne me pose donc pas de question pour savoir si le nouveau valmème est vraiment la meilleure solution aux problèmes actuels de mon existence. Je travaille à les résoudre. Je ne me demande pas si le changement est ou était vraiment nécessaire, je fais avec. Je me moque des difficultés non imaginées qui me tombent dessus et que je ne peux éviter, je les affronte presque au quotidien et ai pris l’habitude de les considérer comme des défis qui me rendent plus forte. Je sais aussi depuis longtemps que des oppositions fortes se manifestent face aux humanistes authentiques dans un monde capitaliste, et non des moindres en ce qui me concerne, puisqu’elles vont jusqu’à l’exclusion pure et simple des relations sociales qu’on me refuse. Mais malgré toutes ces difficultés, je ne suis pas prête à abandonner le « second tier » et revenir en arrière vers les systèmes de valeurs anciens. Mon énorme problème, c’est que je me situe au passage entre le valmème JAUNE et TURQUOISE avec une pointe dans le CORAIL. Ce changement n’est possible qu’au niveau individuel, les sociétés occidentales ont une dominante en BLEU/ORANGE et devraient passer en VERT, mais le capitalisme et les égoïsmes de ORANGE sont des obstacles extrêmement puissants. J’ai besoin d’une assistance pendant la phase de changement mais aussi pour rester là où je suis, car seule je n’arrive à presque rien faire.

La solitude de personnes hautement sensibles et parfois hautement intelligentes conduit en France et en Allemagne à des centaines de suicides. Un accompagnement bienveillant dans le cadre d’une maison communautaire avec des chambres d’amis pourrait en réduire le nombre. C’est le projet politique et social AKORDIA pour une vie intégrale.

41-Notre vie sur la Spirale

Quand nous sommes nés, BEIGE domine la vie du nouveau-né à un moment où ses seules préoccupations semblent être de dormir, de profiter de la douceur du sein maternel et d’absorber la quantité nécessaire de lait. Cette phase est brève et on n’a que très peu d’informations sur elle autres que biologiques.

46-Notre vie sur la SpiraleDès l’âge d’un mois, le bébé quitte le statut de nouveau-né pour celui de nourrisson. C’est dès ce moment que POURPRE commence à apparaître. Peu à peu, il devient conscient de la présence ou de l’absence de sa mère, et il se met en place des premières relations de cause à effet : tel comportement provoque son retour et de la nourriture, de l’attention ou de l’affection. La coupure, même très temporaire, de ce lien est une source forte d’anxiété et généralement vers quatre mois, le bébé commence à utiliser un objet transitionnel, le fameux doudou ou la peluche qui l’accompagnera pendant une bonne partie de son enfance et jouera des rôles divers selon les niveaux de la Spirale Dynamique. L’objet traditionnel est investi d’un pouvoir symbolique et magique permettant d’assurer la sécurité.

Plus tard, vers douze ou quinze mois, le langage fait son apparition et au début, les termes employés sont souvent liés aux deux premiers niveaux d’existence et concernent le bien-être physique et la famille : dans toutes les cultures, « maman » est un des premiers mots dits par l’enfant.

POURPRE joue un rôle majeur dans toute la petite enfance où le nourrisson vit dans un monde magique. Les animaux parlent, et on peut échanger avec eux. Les contes dits le soir avant le sommeil sont un plaisir inépuisable, et peu importe si la même histoire est racontée des dizaines de fois.

Le sentiment de sécurité ou d’insécurité que l’enfant développe pendant cette phase POURPRE l’accompagne pendant toute sa vie. Selon les cas, il conserve les aspects positifs du valmème que sont le partage et l’attachement aux liens familiaux ou il en garde des aspects plus négatifs comme une certaine forme de crainte ou de superstition. En mettant l’enfant très jeune en crèche ou en nourrice et en multipliant les familles monoparentales ou recomposées, notre culture ORANGE crée souvent une perturbation de la mise en place de POURPRE malgré les efforts et les soins des parents : il n’est d’ailleurs pas étonnant qu’en compensation, c’est en ORANGE que sont apparus à la fois la thérapie, le coaching ou le développement personnel qui aident à corriger le problème, et de grandes industries de réactivation de POURPRE dont les productions Walt Disney sont sans doute le meilleur exemple.

Vers l’âge de deux ans, parfois plus tôt, le caractère de l’enfant change brusquement. Le plus doux des bambins devient un petit démon qui s’oppose à sa famille de toute son énergie. C’est la première grande crise de l’éducation que certains ont appelé la « petite adolescence ». L’enfant découvre le mot « non » et l’emploie dans toutes les situations et dans toutes les variantes : non au bain, non au repas, non au coucher, etc. Quand il veut quelque chose, il l’exige, quitte à le réclamer cinquante fois de suite et à se rouler par terre en hurlant dans une immense colère si les parents osent résister. Ce genre de crise est encore meilleure en public ; car elle est une démonstration de force pour l’enfant et qu’elle active bien souvent chez les parents la honte qui est un des moteurs de ROUGE. Quant aux règles familiales ou sociales existantes, elles sont faites pour être transgressées, et jeter des aliments, dessiner sur les murs et renverser l’eau du bain, en regardant les parents bien droit dans les yeux pour qu’ils comprennent bien la provocation, fait partie des joies de l’existence !

Le psychanalyste américain d’origine hongroise, René A. Spitz (1887-1974), a appelé cette période le stade du non et la considère comme le troisième indicateur du développement psychique de l’enfant1. Il estime que la capacité de s’obstiner que l’enfant développe alors est le fondement de la communication humaine. En disant non, l’enfant apprend à juger, à exercer sa volonté et s’affirmer en tant que personne. Étape cruciale du développement de l’enfant nécessitant, de la part des parents, un subtil sens de l’équilibre, ROUGE est le moment où se bâtissent confiance en soi et assertivité. Si l’enfant est laissé trop libre d’exprimer le valmème, il risque de conserver une agressivité excessive et un sentiment que tout lui est dû. Inversement, s’il est trop contraint, il peut manquer durablement de capacité de décider, de s’affirmer et de maintenir une frontière psychologique et/ou physique saine entre lui et les autres.

A partir de l’âge de trois ans au plus tôt, plus fréquemment vers cinq ou six ans, commence une nouvelle phase du développement de l’enfant caractérisé par l’intégration de règles et la définition de limites. Les psychanalystes parlent de définition du Surmoi. Cette étape est celle de l’élaboration d’une structure morale de la psyché avec la découverte des concepts de bien et de mal ; parallèlement, l’enfant accepte les notions de récompense et de punition. Un ensemble de lois idéalisées est assimilé à partir des modèles que constituent les parents et des structures sociales comme la crèche ou l’école et en fonction de leur efficacité à provoquer un satisfecit et à éviter un châtiment de la part d’autrui.

Fautes de capacités cognitives suffisantes, jusqu’à l’âge d’environ neuf ou dix ans, les règles sont considérées comme intangibles. Elles ne peuvent être modifiées et s’appliquent à tous. C’est la période où l’enfant fait la morale à ses parents et leur reproche leur façon de se conduire, les pousse à cesser de fumer, etc. Il respecte l’autorité, parfois plus celle de la télévision ou de l’instituteur que celle des parents.

Cette phase est un des grands derniers moments délicats pour les parents2. Elle comporte trois pièges principaux. D’abord, BLEU ne doit pas démarrer trop tôt. Cela empêcherait la mise en place saine du niveau ROUGE et de l’indispensable sens de soi qu’il apporte. Ensuite, il s’agit de trouver un équilibre entre le trop et le trop peu. Trop de règles trop rigides, c’est le sacrifice exagéré du soi. L’enfant est obligé à l’excès de refouler ou de dissimuler certaines attitudes et d’en forcer ou amplifier d’autres. Il en résulte des souffrances psychologiques personnelles et un faux respect d’autrui générateur de problèmes de communication. A l’inverse, une absence d’interdits ne construirait pas un être libre, mais un adulte esclave de ses pulsions et durablement coincé en ROUGE avec tous les risques personnels et sociaux que cela implique. Enfin, les parents peuvent accompagner la sortie de BLEU afin de permettre la meilleure individuation possible de l’enfant. Trop tôt, cela le déstabiliserait inutilement par manque des repères nécessaires à l’équilibre de la personnalité ; trop tard, cela ne ferait que produire un manque de valorisation de soi et/ou créer des frustrations qui aggraveraient la crise de l’adolescence et son retour temporaire en ROUGE (nous y reviendrons dans le chapitre sur les états du changement).

Dans nos cultures occidentales, les valmèmes précédents se mettent en place à des âges semblables chez la plupart des enfants. Sans doute parce qu’il est très récent, ce n’est pas le cas pour ORANGE. Certes, celui-ci imprègne tellement nos sociétés que toute personne en a au moins des traces, mais il existe un nombre non négligeable d’individus qui ne culminent jamais à ce niveau et se stabilisent en BLEU, voire en ROUGE.

Le plus souvent, ORANGE commence à s’installer à partir de la crise de l’adolescence qui a été une contestation des règles familiales et sociales centrées en BLEU ou du premier job d’été qui apporte un peu d’autonomie ; il devient le niveau d’existence dominant au début de la vie active. Pour certaines personnes, c’est plus tard qu’a lieu ce changement.

La difficulté potentielle liée à ORANGE est de vouloir qu’il démarre trop tôt. La plupart des parents sont conscients de l’extrême compétition qui existe dans nos sociétés ORANGE, et ils souhaitent que leurs enfants y réussissent le mieux possible. Cela conduit certains d’entre eux à les pousser dans une série d’activités qui n’est pas compatible avec leur développement cognitif et psychologique.

Si en Chine, l’enseignement est gratuit et obligatoire, il existe, dès le primaire, des écoles privées fort coûteuses où l’enfant est assuré d’avoir les meilleurs professeurs, et d’être en relation avec les futurs dirigeants politiques et économiques du pays. Pour accéder à ces écoles, il faut réussir un concours d’entrée. Voici un exemple de question posée à des enfants de six ans : vue dans un miroir votre montre indique 1h15 ; quelle heure sera-t-il dans une heure trente ? Les enfants suivent donc des cours particuliers intensifs avant d’entrer au primaire, comme ils continueront à en suivre les années suivantes en plus des cours et pendant les vacances.

La Fastrackids Academy propose encore mieux : un ‘MBA précoce’ pour enfants de trois à six ans ! A raison de deux heures de cours chaque jour, samedis et dimanches inclus, les bambins participent à des enquêtes de marketing fictives et élaborent des stratégies publicitaires « afin de mieux comprendre leur impact économique au quotidien ». Ils utilisent une simulation informatique pour gérer une ferme de manière à rendre l’élevage des moutons le plus rentable possible. Il existe déjà cinq écoles de ce type en Chine, et neuf autres devraient ouvrir prochainement. Les parents sont nombreux à vouloir une place pour leurs enfants : 60% des Chinois des grandes villes dépensent un tiers de leurs revenus pour l’éducation de leurs enfants. Ils espèrent que de telles écoles permettront à leur progéniture de sortir du lot quand il s’agit de trouver un emploi.

Si on ne laisse pas chez un enfant le temps à BLEU de s’installer et de maîtriser les excès de ROUGE, il est illusoire de croire qu’il peut développer ORANGE. On n’obtient en fait chez lui qu’une variante de ROUGE et on le prépare à de graves difficultés d’intégration sociale.

Dans les pays dans lesquels VERT est fort, le valmème commence à émerger dès le début de l’âge adulte. Il faut dire que l’environnement social et notamment le système scolaire y prépare les jeunes dès l’enfance.

Dans les pays culminant en ORANGE ou avant sur la Spirale Dynamique, il n’y a pas de constante sur les éléments qui font basculer une personne vers VERT, ni sur l’âge auquel cela se produit. Chaque individu peut voir ses conditions de vie évoluer d’une manière particulière et réagit en conséquence. Cependant, la multiplication du discours médiatique sur les problèmes environnementaux et sur l’accroissement des inégalités fait que ce changement a lieu de plus en plus tôt. Les cas les plus fréquents sont toutefois le passage vers la quarantaine, la fameuse crise de la « middlescence« , ou au jeune âge adulte comme dans les pays centrés sur VERT :

Les jeunes diplômés sont de plus en plus nombreux à chercher à travailler dans des ONG. « A peine sortis de Polytechnique, d’HEC, de Sciences PO, de l’Essec, ou après quelques années en entreprise, ils frappent à la porte des associations caritatives. Renonçant à des carrières prometteuses et des salaires élevés, cette « génération humanitaire » se met au service des déshérités ou de la planète en danger. » Ce mouvement est de grande ampleur. Martin Hirsch, ancien président d’Emmaüs France qui sort d’ailleurs de Science Po et de l’ENA, se dit « submergé » par les candidatures. Philippe Lévêque, directeur général de Care France et ancien d’HEC, a dans son équipe un tiers de diplômés de grandes écoles de commerce. Ceux qui ont tenté cette aventure sont ravis : « Aujourd’hui j’aide les gens en difficulté, une vraie motivation. Je ne travaille plus pour renforcer la rentabilité d’un groupe. » Ces jeunes sont informés des problèmes du monde. Ils veulent agir pour réduire les inégalités et sont prêts à s’engager dans des parcours atypiques. »

Aujourd’hui, les individus ayant atteint le niveau JAUNE l’ont forcément fait au cours de leur âge adulte, dans des conditions de vie très particulières : il faut qu’ils aient rejeté ORANGE, puis qu’ils aient adhéré à VERT et l’aient expérimenté et rejeté à son tour, enfin qu’ils aient acquis les modes de pensée et de fonctionnement de JAUNE ! C’est relativement rare et lié à une histoire de vie particulière.

Rien ne permet donc aujourd’hui d’imaginer quand et comment se mettra en place JAUNE dans le développement psychologique des individus lorsque ce valmème sera répandu et concernera une part significative de la société.

La situation est ici la même que celle que nous avons décrite pour JAUNE, mais en pire. Pour qu’un individu atteigne TURQUOISE dans un monde qui est encore dominé par BLEU et ORANGE, il faut qu’il ait vécu et rejeté ORANGE, puis qu’il ait traversé une phase en VERT, avant de la quitter pour découvrir et expérimenter JAUNE, et enfin qu’il ait perçu les limites de ce dernier pour passer au suivant ! Avec de telles conditions, ce qui est étonnant c’est que Graves en ait rencontré six.

1-Les deux autres sont l’apparition du sourire à la vue d’un être humain vers deux mois (correspondant au début de la sortie de BEIGE), et l’anxiété et le repli en présence d’une personne inconnue vers huit mois (correspondant à POURPRE)

2-Une fois passé BLEU, l’éducation des enfants est plus faite par leurs pairs, l’école ou la société que par les parents eux-mêmes.

40-Changer ou ne pas changer…

… telle est la question!

Sur le plan sociétal, nous sommes à la fois témoin et acteur d’une profonde évolution des systèmes de croyances et de valeurs de notre société. Par les différentes crises successives, nos certitudes sont ébranlées. Et nous sommes invités à remettre en question ce qui représente les fondations-mêmes de notre société.

Face à ce défi historique, probablement aussi important que celui qui a suscité la Renaissance, nous pouvons y réagir de trois manières différentes.

Wilhelm Reich, psychiatre, psychanalyste et critique de la société autrichienne.

La première attitude, dite « coincée », c’est le déni qui consiste en une incapacité d’accepter l’évolution en cours et conduit à une résistance   à l’évolution. C’est le discours des conservateurs réactionnaires qui, par peur du changement, vont rigidifier les centres de pouvoirs, les systèmes sociaux et les systèmes juridiques en renforçant principalement les systèmes de contrôle et de coercition à la conformité. Ceci se traduit par une montée des intégrismes, des nationalismes, de la xénophobie, de la recherche d’un bouc émissaire,… bref nous assistons à une montée de ce que techniquement se nomme le fascisme, même si l’on n’ose pas utiliser ce mot pour des raisons historiques. On serait bien avisé de relire « La psychologie de masse du fascisme » de Wilhelm Reich.

Autruche, la tête dans le sableLa deuxième attitude, dite « arrêtée », c’est la prise de conscience que le système dominant a dépassé son acmé et se trouve très clairement sur le déclin, la décadence. Bien que cette attitude prenne acte des faits, elle reste incapable de se mobiliser pour imaginer et co-construire le futur. Il y a comme un sentiment dépressif d’impuissance devant quelque chose qui nous dépasse; la peur de sortir de sa zone de confort car on sent qu’en agissant on risque de perdre plus qu’à gagner… alors on applique la politique de l’autruche et comme le chante si bien Stromae : Alors, on danse !

La troisième attitude, dite « ouverte », est celle qui nous intéresse ici et c’est à celles et ceux qui sont dans cette attitude que s’adresse cet article. L’attitude « ouverte » est portée principalement par ce que les sociologues nomment les « créatifs culturels ». Ils sont les pionniers et les porteurs du nouveau système sociétal qui est en train d’émerger sans se poser en opposition révolutionnaire à l’ancien, mais comme évolution transcendante de l’ancien perçu comme une étape nécessaire de notre évolution. Les « créatifs culturels » ne s’inscrivent donc pas dans le paradigme moderne, ni même dans le post-moderne, mais ouvrent, explorent et sont les pionniers de l’ère intégrale.

L’enjeu peut être formulé de manière très simple. Ainsi en hommage à Shakespeare: To change or not to change? That is the question.

Le défi consiste en ce qu’une large part de la population et de nos élus sont dans une attitude dite « coincée » et que cette part de la population est complétée par la tranche des « arrêtés » pour ainsi former une large majorité incapable de penser le futur et qui vont même s’opposer à l’évolution. En revanche, la bonne nouvelle consiste en ce que les « créatifs culturels » représentent environ un tiers (source 2014 : www.culturalcreatives.org) de la population occidentale et que cette tranche de population non seulement est en croissance exponentielle, mais est en train de s’organiser et de structurer son action sur tous les plans et en particulier sur le plan politique (au sens large, au-delà du politicard).

Auteur: Stephan Sengupta, économiste

36-Où sont les JAUNE?

Nos valeurs dominantes sont la complexité et la non-dualité. Notre devise c’est inclure utilement les approches contradictoires: « Je reconnais la structure dans le chaos » et nos symboles sont le kaléidoscope et les processus en flux.

Pour nous, le monde est comme un habitat naturel, en constante évolution.

Nous vivons actuellement une grande solitude et trouvons difficilement des homologues pour partager notre vision complexe du monde. Nous faisons preuve d’une certaine impatience d’apparence élitiste, pouvons aussi sembler arrogant, parce que nous ne sommes pas compris. Nous cherchons alors d’autres possibilités ailleurs et sans les autres.

Nous pouvons surmonter le dualisme, expérimenter la coïncidence paradoxale des contraires et reconnaître le tableau d’ensemble sous-jacent. Nous nous organisons de manière autonome, en réseaux, privilégions la gestion du chaos et les systèmes apprenant et nous gérons nos projets en auto-organisation. Nous sommes des collaborateurs de projets à durée déterminée, responsables et motivés par des scénarios où le plus compétent en prend la direction.

Ce qui nous fascine, c’est la compréhension non-duale de processus fluides, une vision systémique de réseaux complexes, une volonté d’apprendre et d’évoluer tout au long de la vie, une liberté d’aller et venir librement, faire confiance à l’intuition et une sagesse paradoxale.

Si on nous met des bâtons dans les roues, nous évaluons la situation et restons, si une action positive ou une évolution est perceptible et partons, si ce n’est pas le cas. Nous réagissons parfois de manière impatiente, brusque ou élitiste.

Nous voyons les expériences négatives qui introduisent des changements à la poursuite du développement. La liberté et la décision de l’individu seul ne suffit pas pour lancer les mesures collectives nécessaires pour permettre la survie de la communauté mondiale de l’humanité. Bien que nous apprécions tous les stades de développement, nous rejetons ce qui affecte le développement individuel et collectif. Nous respectons tous les niveaux d’évolution impliqués et leurs positions de valeurs, et sur les questions qui touchent tous les niveaux, nous pouvons nommer des priorités et des hiérarchies claires et ainsi obtenir des résultats utiles.

Nous avons une image paradoxale et trinitaire de Dieu, une co-inhérence entre l’homme et Dieu. Jésus est un vrai homme et vrai Dieu, mystagogue et enseignant de la non-dualité, le Christ est en nous et nous en lui.

Dans les relations familiales, nous apprécions de jouer des rôles différents de tous types, et nous attendons des autres des compétences pour faire face à tous les stades de développement des individus, en outre nous avons besoin d’un haut niveau d’informations.

Nous nous habillons de manière fonctionnelle, non spectaculaire et tout simplement, mais nous nous sentons libres, si nécessaire, de nous vêtir de tout style approprié à une situation donnée.

Nous préférons l’apprentissage individuel en fonction de nos propres intérêts et besoins avec une forte auto-motivation. Notre apprentissage et les expériences que nous pouvons faire sont notre récompense.

Pour nous aider dans notre propre processus d’évolution, nous recherchons une pensée pratique très large, basée sur les meilleures informations de toutes les sources disponibles. Nous recherchons les changements qui mènent à de meilleurs résultats, utilisent moins d’effort et causent moins de dégâts.

Notre style d’organisation spirituel et philosophique est un style alliant informations et présence axée sur les projets ainsi que des structures minimales.

Nous sommes les JAUNE de la Spirale Dynamique et recherchons nos frères et sœurs de pensée et de cœur.

35-Êtes-vous libre dans vos pensées

Est-ce l’Église qui vous dit ce que vous devez penser, le parti de Hollande ou de Sarkozy, un gourou, alors vous êtes sans doute momentanément dominé par le valmème BLEU. Si vous pensez que vous êtes le meilleur et que tout le monde doit être à votre service et fonctionner selon votre bon vouloir et que vous êtes prêt à appuyer cette pensée par de la pression psychologique ou physique, vous êtes sans nul doute un représentant classique de l’expression du valmème ROUGE.

Spirale Dynamique avec lettresCes couleurs sont des marqueurs dans le monde de la Spirale Dynamique pour les conditions de vie et les capacités cérébrales d’un individu. Les valmèmes sont comme un monde parallèle mais toujours présent, parfois de manière consciente, parfois non. Mail il est là, et on le remarque dans des expressions de pensées et autres artéfacts. Et la Spirale Dynamique nous aide, grâce à nos cellules grises, à voir le monde tel qu’il est « réellement », à savoir différent pour tous.

Mais pour voir les choses, il faut avoir les yeux ouverts, et pour comprendre les choses, il faut avoir l’esprit ouvert, mais cela ne marche pas sur commande. Pour certains, c’est le fruit de longues années de travail, parfois même avec une souffrance sans fin, mais il est aussi des personnes pour lesquelles c’est tout naturel.

Lorsque Graves, avait étudié dans les années 60 les individus du monde économique et dans des études cliniques, il a découvert que le potentiel qui leur permettait de changer se situait sur une gamme allant de ouvert à fermé en passant par bloqué.

De nos jours, une pensée ouverte est primordiale pour fonctionner à un niveau de conscience aussi complexe que le JAUNE après le changement de paradigme. Elle offre la meilleure option d’adaptation à d’autres cultures, conditions et réalités. Et sans adaptation, c’est le conflit, le stress, la maladie. La pensée ouverte agit de manière efficace avec les obstacles et ne connait pas de limites comme la pensée fermée et bloquée.

Du point de vue de la Spirale Dynamique, la pensée bloquée est capable de revenir à des valvèmes précédents, mais ne peut accepter des changements que s’il n’y a a pas d’obstacles ou s’ils peuvent être dépassés aisément. Il lui manque le fameux ‘Eureka’ qui lui permettrait d’expliquer la situation. La pensée bloquée se sert d’excuses, de tromperies, de désistements pour justifier le status quo.

Mais le pire, c’est la pensée fermée  avec laquelle on n’avance pas d’un pouce. L’individu est prisonnier de sa pensée, il tourne en rond comme dans une cage. L’aveuglement psychologique bloque le regard vers les alternatives. Quand on voit que les industriels et les politiques ne font rien pour un monde meilleur, c’est la pensée fermée qui les en empêche.

34-Il faut une présidence collégiale en France

Nous sommes en 2013, et dans la plupart des pays, il y a eu, depuis des dizaines d’années, tellement d’échanges avec le monde extérieur que différentes cultures de pensée qui n’existaient pas auparavant sont apparues et se développent au sein des pays qui se pensent démocratiques.

La démocratie émane du peuple apprennent les enfants à l’école. Suffit-il d’avoir le droit de vote ou d’élire des députés pour que cet état de fait soit encore garanti? Une petite observation s’impose et révèle qu’il n’en est rien!

Ont voix au chapitre, ceux qui pratiquent la loi du plus fort et sont donc toujours gagnants, sauf quand ils se trouvent en face de plus forts qu’eux, ce qui devrait être rarement le cas. Et de nos jours, les gagnants sont les multinationales, les grands groupes et les banques. Elles accaparent tout et sur une planète encore soumise à la dualité, les ressources augmentent d’un côté et disparaissent de l’autre. Ce système n’est pas juste, il va à l’encontre de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Spirale Dynamique avec lettresNos présidents successifs ne savent plus gérer la France, du moins pas correctement. Ils n’ont pas encore les capacités intellectuelles pour comprendre que la croissance est une absurdité dans un monde fini et ne respectent pas non plus tout le monde comme ils voudraient être respectés eux-mêmes. Ils ont un comportement BLEU, ORANGE et rarement VERT et parfois même carrément ROUGE. Ce sont des couleurs de la Spirale Dynamique, un concept de Prof. Clare GRAVES pour comprendre l’évolution de la pensée individuelle et collective. Ce sont des niveaux d’existence qui font partie du premier plateau de valmèmes, en quelque sorte une unité de mesure de la progression sur la Spirale Dynamique qui comporte à l’heure actuelle 8 couleurs ou 8 valmèmes qui vont du plus simple au plus complexe, ceci au niveau de la pensée, mais évidemment aussi des systèmes qui en résultent.

La pensée d’une présidence collégiale est une pensée émanant du deuxième groupe de valmèmes qui débute avec JAUNE puis TURQUOISE dont on note les premiers bourgeons et qui est le valmème le plus évolué. Il n’est pas nécessairement meilleur que les autres, il faut que chaque valvème soit équilibré et que la Spirale des personnes s’y trouvant le soit également, mais les valmèmes du second groupe de niveaux ont l’avantage de voir la totalité de la Spirale et de penser aux conséquences pour la planète des actes qu’elles posent.

Sur le premier plateau, de BEIGE à VERT, l’ego est fortement développé et prépondérant. Cela se note aisément aux duels télévisés lors des campagnes ou lors des solos dans les partis. Au second niveau, l’ego est encore présent, mais il joue un rôle secondaire. On le réactive par exemple lorsqu’il faut fuir face à un danger. Mais en règle générale, l’esprit est dominé par le bien commun et le bien supérieur.

Plus on avance sur la Spirale, plus on englobe de valmèmes que l’on a traversés, et où l’on a séjourné parfois pendant des années. Au premier niveau, les valmèmes se font la concurrence, puisque chacun pense détenir la vérité. Au second niveau, on laisse à chacun sa vérité et on essaye de faire harmoniser le tout. Il faudrait donc qu’un président unique englobe toutes les couleurs et les servent dans sa politique, ce qu’aucun ne sait faire puisqu’ils ont presque tous une forte dose de BLEU et d’ORANGE, alors qu’un président devrait être positionné en JAUNE et TURQUOISE. Il en ressort donc, afin que cessent ces dégradations sociales, ces guéguerres civiles continues, que la France ait une présidence collégiale avec au moins trois, mieux encore cinq présidents défendant les couleurs ROUGE, BLEU, ORANGE, VERT et JAUNE parce que ce n’est que cette dernière personne qui a les capacités de comprendre toutes les autres puisqu’elle a déjà traversé tous les valmèmes et que ce n’est qu’avec elle que les droits de tous sont respectés. Il n’existe aucun pays piloté en JAUNE, mais si vous souhaitez connaître une telle société, allez visiter celle de Ricardo Semler au Brésil.

Mais comme nos systèmes politiques et nos gouvernements sont contrôlés par des personnes en BLEU et ORANGE qui ne comprennent pas les personnes en VERT et JAUNE alors que ces dernières les comprennent parfaitement et voient comment elles vont droit dans le mur, la présidence collégiale en France et ailleurs restera une utopie, mais c’est la meilleure solution.

Sonia J. Fath