Archives par mot-clé : leadership

16-Les dynamiques du leadership

Pour être un bon leader, il ne faut pas uniquement se reposer sur le Premier Plateau de la Spirale, mais sur son ensemble, donc englober également ce que nous savons déjà du Second Plateau, celui de l’Être et non plus de l’avoir et qui commence avec le valmème JAUNE. Une commentatrice américaine désigne notre époque comme celle de l’incertitude, car nous sommes à la fin d’un monde, d’un ancien ordre qui ne fonctionne plus tel qu’il a été conçu car les temps ont changé, mais le modèle est resté le même.

Concevoir un « nouvel ordre » avec les pensées qui ont façonné l’ancien, celles du Premier Plateau de la Spirale est donc une absurdité. Mais nos dirigeants ne sont pas à une absurdité près pour se servir d’abord. Leur “nouvel ordre mondial” est emprunt d’égoïsme, d’exploitation des pauvres, de destruction de la planète. Nos dirigeants ne savent plus gérer des pays avec des populations aussi grandes qu’en Allemagne et en France. Et la société civile qui a pour mission de surveiller ce que fait le gouvernement, dort de son sommeil le plus profond.

Mais même sous une chape de plomb, tout le monde ne peut pas se résigner à dormir, car ce que nous observons est bien trop grave. Nous sommes au bord d’un immense gouffre ou d’un saut entre le VERT du Premier Plateau et le JAUNE du Second Plateau. Ce n’est pas simplement un passage entre un valmème et un autre, c’est une avancée majeure dans la pensée humaine. Nous faisons l’expérience simultanée d’actions, de réactions, de contre-actions et de conflits entre différents valmèmes, mais aussi au sein d’eux. Ces conditions difficiles de toutes parts provoquent des changements de la Variation 7, et si nous voulons éviter la catastrophe, de nouveaux alliages de leadership doivent être forgés dans le creuset social et technologique pour l’économie, la religion, l’éducation et la politique. Les personnes qui disposent des esprits et des personnalités pour travailler avec ces niveaux de complexité qui jamais auparavant dans toute notre histoire n’avaient apparu, seront “sculptés” dans ces nouveaux alliages par l’énergie des valmèmes JAUNE et TURQUOISE. Ce sont les Magiciens de la Spirale dont nous aurons l’occasion de reparler.

La stratégie du dauphin

Elle est décrite dans le livre du même nom et représente la stratégie à Lynch Dudleydévelopper pour sauver la planète. L’auteur du livre, Dudley Lynch, a écrit ce livre il y a plus de 20 ans, mais pendant ces 20 ans, les choses n’ont fait qu’empirer parce que les carpes et les requins, qui complètent le trio des comportements humains en société n’ont pas évolué pour devenir des dauphins. Je trouve ce livre tellement passionnant que je ne peux m’empêcher de recopier intégralement un paragraphe très important.

“Le requin — comme les médias appellent souvent le ‘prédateur’ du monde des affaires –, quand il recourt à la stratégie de la mainmise, a gros à gagner pour ce qui est du pouvoir, de l’influence et du contrôle, mais temporairement. En fait, l’espérance de vie du requin n’est pas plus longue que celle de la carpe, fait largement ignoré dans le monde des affaires. Le stock de victimes faciles — carpes et autres requins — finit toujours par diminuer. Et parce que la liste des ennemis s’allonge toujours, que les adversaires deviennent plus avisés et plus rusés, et que le stock de victimes faciles se réduit, cette stratégie finit généralement par s’effondrer, ce qui élimine toute chance de survie, et par être remplacée par les deux stratégies restantes: celle du Lynch Dudley-La stratégie du dauphinCompromis et celle de la Percée. Si ce phénomène n’est pas plus largement reconnu qu’il ne l’est, c’est parce que le stock de requins humains semble inépuisable. Il y a toujours des requins qui mènent leur combat sanglant dans l’eau, mais les chances de survie que le requin a individuellement sont dangereusement faibles. Ceux qui en réchappent le font parce qu’ils ont assez de jugeote pour migrer vers la stratégie du Compromis. N’étant pas arrivé à battre l’adversaire, le requin va se joindre à lui.”

Pour la suite, il est nécessaire d’acheter le livre, car le mien est dans des cartons en attente de déménagement, depuis des années!

05-Identité nationale et corailienne

En l’an 2010 après la naissance du prophète humaniste, la France n’est plus ce qu’elle était du temps des rois, et même à cette époque, un Breton aurait sans doute été très surpris des coutumes en cours en Catalogne. Aujourd’hui, il suffit d’entrer dans un métro parisien pour se dire qu’on ne sait plus dans quel pays on est, parce la richesse des diversités en présence est si forte que cette idée d’identité nationale ne peut sortir que de la tête d’un esprit fermé aux autres. Comment peut-on imaginer rassembler tous les français sous une seule identité. En particulier tous ceux qui n’ont pas la peau blanche. Leur culture est profondément ancrée en eux, bien au-delà du conscient. Comment pourrait-on leur imposer une identité “française”, ce serait les couper de leur vie, de leurs ancêtres et de leur monde. On ne fera jamais de petits gaulois avec des petits maghrébins, des petits vietnamiens, des petits maliens. Si tous ces étrangers sont chez nous, c’est bien parce qu’on leur a détruit leur droit à l’existence chez eux par notre consommation effrénée et notre course à l’argent. Et c’est avec ces êtres humains pleins de légitimes ressentiments qu’on voudrait construire une identité nationale? Cela me paraît totalement absurde.

En outre, si l’on étudie un tant soit peu les bases de la psychologie humaine et des sociétés, nous nous rendons compte que nous vivons dans des mondes différents, assez souvent même au sein d’une même famille. C’est d’ailleurs pour cela que le concept de communille a été développé.

On ne peut pas se comprendre tant qu’on ne veut pas faire d’effort!

Je suis née en Alsace, je suis passée par le moule alsacien, je comprends l’alsacien, mais ne le parle plus, et au contraire des étrangers si variés que l’on veut coincer dans un moule français, je suis sortie du moule français qui domine bien sûr le moule alsacien, pour rejoindre le valmème VERT, puis le valmème JAUNE, le valmème TURQUOISE pour me promener aujourd’hui au niveau du valmème Corail roseCORAIL du moins dans ma tête. C’est en effet depuis le 5 février 2004 que je suis Citoyenne du Monde avec carte d’identité et qu’être française ne veut plus dire grand chose pour moi. J’ai souvent beaucoup plus de similarités avec des étrangers qu’avec des français de souche, c’est précisément l’effet de la Spirale Dynamique que nous étudions ici.

Sur ARTE, on a pu suivre l’histoire des Amérindiens et des Puritains anglais. Les Puritains voulaient forcer les Amérindiens à devenir comme eux afin de mieux les contrôler: couper les cheveux longs, se vêtir comme des Anglais, croire ce que racontaient les bibles anglaises. L’esprit d’ouverture dans lequel je vis aujourd’hui me permet de faire des liens entre des choses très éloignées les unes des autres. Les dirigeants BLEU en France veulent forcer les étrangers dans les banlieues et ailleurs à se plier à un moule français afin de mieux les contrôler. Gérer d’innombrables cultures est trop compliqué pour eux. Donc, ils veulent les assujettir. Accepter de s’assujettir alors que le cœur est ailleurs et la conscience a d’autres vues, c’est vendre son âme. Pour survivre, les Amérindiens n’ont accepté les règles des Puritains qu’en surface. Les étrangers en France font pareil, 400 ans après les Amérindiens. D’ailleurs, ce serait bien triste s’ils ne le faisaient pas, ils disparaîtraient tous dans la masse, deviendraient tous comme des bouteilles Coca-Cola sur deux pattes, identiques dans le monde entier.

Mon deuxième texte sur la Spirale Dynamique que j’ai publié sur Internet indique que je suis centrée en JAUNE, j’avais sans doute peur d’assumer une trop grande différence par rapport à mon entourage, qu’il soit dans la vie réelle ou sur Internet, mais en fait c’est parce que j’ai une caractéristique puissante de CORAIL, la vie entièrement tournée vers une cause noble, dans un valmème qui n’a même pas encore été défini, que les gens me fuient. Après avoir perdu le contact avec Désirée, celle qui faisait partie de ma vie depuis quelques années, j’ai perdu le contact avec une autre femme, puis avec un jeune homme tellement compliqué que ses messages me fatiguaient car souvent incompréhensibles et donc frustrants au maximum car s’additionnant déjà à la frustration ambiante. Mais tant que je prendrai la froideur de mes concitoyens en pleine figure, je ne pourrai redescendre dans la Spirale car le niveau CORAIL est celui qui correspond enfin à mes aspirations les plus profondes, du moins en ce qui concerne le fait de mettre sa vie au service d’autrui. Je ne connais Corail dans la couleur d'une rosepersonne d’autre ayant cette aspiration en CORAIL, c’est désespérant, mais en même temps tellement passionnant.

Nous l’avons déjà vu, l’identité “nationale” française dominante est une “identité BLEU” et une “identité ORANGE“. L’identité de beaucoup d’étrangers naturalisés ou pas est parfois une “identité ROUGE“. L'”identité VERTE” présente chez quelques décroissants et quelques écologistes n’a aucun pouvoir en France ou en Europe et aucune politique coordonnée. Elle pousse parfois quelques coups de gueule, mais son effet sur la transformation sociale est rudimentaire. Je suis encore en train d’en faire l’expérience avec les Décroissants. C’est tout bonnement ridicule. Quand ils seront plus mûrs, on pourra peut-être faire quelque chose ensemble. Quand ils feront ce qu’ils défendent, on pourra améliorer le sort des plus faibles. Ce que nous appelons une démocratie est une façade où les “élus” se servent dans les poches des pauvres pour financer leurs frasques. Pour la grande majorité, ils ne méritent pas l’argent qu’ils gagnent. L’identité JAUNE, TURQUOISE ou CORAIL est celle de quelques individus isolés, du moins quand elle est dominante, c’est à dire que le valmème défend d’autres valeurs que le valmème qui le précède.

04-Être centrée en Jaune sur la Spirale Dynamique

Le thème central de la personne positionnée en JAUNE est “Exprimer le soi, mais jamais aux dépens des autres, pour que toute vie puisse continuer de manière naturelle et fonctionnelle”.

Le niveau VERT n’apporte un jour plus la satisfaction personnelle et montre ses limites dans les relations avec soi et les autres. Dans le livre sur la Spirale, je lis une phrase qui me surprend: “Plus le nombre de gens qui adhèrent à ses valeurs est élevé, plus il devient difficile de fonctionner”. Cela signifie donc que la société française, par exemple, ne pourra jamais fonctionner entièrement en VERT! Je m’étais dit que cela permettrait de s’approcher de la société idéale à laquelle aspirent les humains éveillés. Mais j’ai retenu aussi que chaque valmème a ses côtés négatifs. Ici, ce serait l’expression des émotions et la recherche de consensus qui ralentissent les processus d’évolution. C’est en effet ce que j’ai remarqué au niveau des associations, surtout les politiques: ça discute, ça discute, ça discute sans fin, mais ça n’agit pas. Et quand ça agit, c’est inefficace. Je pense aux dizaines d’années perdues par les associations et ONG qui venaient avec leurs idées de blancs pour faire du développement en Afrique et ne comprenaient pas que là-bas, c’est un autre monde avec d’autres règles auxquelles il faut s’adapter. Pour un VERT, ne pas observer les règles de POURPRE signifie frustration et découragement. Cela ralentit alors par la même occasion l’efficacité du VERT. Incapable de traiter les problèmes du monde auxquels il est confronté et qu’il sent comme devoir de résoudre, le VERT subit aussi les assauts des niveaux d’existence précédents et manque de puissance pour y répondre.

Lorsque l’on évolue vers le niveau JAUNE, on a pris conscience de l’état désastreux du monde, il n’y a alors plus de “tout le monde, il est beau, tout le monde il est gentil”. Selon le livre, le Jaune “est sensible aux autres et veut contribuer à régler les problèmes globaux, sans que cela l’empêche d’être d’un individualisme obstiné”. Cela se ressent dans ce que j’avais appelé l’individualisme communautaire représenté dans la communille. “Si le succès ou l’échec de cette planète et des êtres humains dépendait de mon attitude et de mes actes, quelle serait mon attitude? Qu’est-ce que je ferais?” Pour moi, la question ne se pose plus, c’est une affirmation: l’état du monde dépend de mes actes, donc j’en pose et j’ai changé mes comportements de consommation.

La personne centrée en JAUNE commence par définir ses principes. Ceux-ci lui sont personnels et, héritage de VERT, ils sont relatifs au sens où elle est consciente qu’ils sont adaptés à une situation et à un moment donné et qu’elle est prête à en changer s’ils se révèlent inadaptés. Cela lui permet d’être extrêmement ferme sur lesdits principes sans sombrer dans l’intolérance ou le prosélytisme de BLEU.” C’est vrai, cela fait des années que j’ai réfléchi à ce besoin de créer des principes suivis par ceux qui y adhèrent et que j’en ai développé quelques nouveaux et défini leur territoire d’application.

Dans un deuxième temps, elle cherche des modèles théoriques qui lui permettent de comprendre la situation comme un modèle ouvert, de définir une action réaliste et de prévoir autant que faire se peut les conséquences sur le système et sur ceux auxquels il est relié. Enfin, elle cherche le plus possible avec le moins de ressources possibles. Pour cela, elle accepte et utilise les lois naturelles, tolère l’incertitude et le chaos, et privilégie systématiquement la fonctionnalité. Cette action, elle la veut efficace et efficiente, mais n’en attend pas de retour sur les plans émotionnel et de Clare-Gravesl’image sociale.” Selon Clare Graves, le créateur et développeur de la Spirale Dynamique “JAUNE a de l’ambition, mais n’est pas ambitieux“.

L’individu dominé par JAUNE privilégie le savoir. Il est en apprentissage permanent et est disponible pour partager ses connaissances. A l’inverse, il est parfaitement conscient des limites de son savoir et de l’impossibilité de le rendre universel: il accepte ses zones d’ignorance sans en être incommodé et sans éprouver le besoin de les masquer par des systèmes ou des explications simplistes. Le fait de ne pas savoir implique par contre de ne pas exprimer d’opinion tranchée; c’est une simple question de responsabilité. JAUNE est extrêmement intolérant vis à vis de ceux qui transgressent cette obligation, au point que les personnes positionnées sur le premier plateau ((un choix de terme que je préfère à boucle ou gradin)) le croient parfois centré en ROUGE. Ne nous trompons pas toutefois sur son attitude: comme le disait Clare Graves, il peut exploser, mais n’est pas en colère ou dans tout ses états à ce propos.

Venant après VERT, la personne centrée en JAUNE se méfie des excès d’émotions. Elle peut prendre soin des autres , mais ne se sent pas obligée de le faire. Là encore, c’est la fonctionnalité qui est privilégiée. Elle se veut libre, même si cette liberté s’exerce dans le cadre d’une éthique stricte que le professeur Graves résume ainsi: “Observez ce qu’est réellement la vie et vous saurez quoi faire.” Par “la vie”, JAUNE veut signifier “toute vie”. Comme toujours, il considère l’humanité comme un système ouvert, et sa survie dépend donc de celle de toute vie. On va là bien au-delà de l’humanocentrisme amorcé en VERT.

La sociogenèse de JAUNE

Semco, une entreprise assurément Jaune
Semco, une entreprise assurément Jaune

JAUNE est apparu dans les années 1960-70. Il ne s’agit que

d’individus isolés ou à la rigueur réunis dans quelques organisations ou entreprises. Nulle part les conditions de vie ne sont telles qu’elles permettent l’émergence d’une société centrée sur ce valmème.

Comme pour les deux niveaux d’existence précédents, c’est dans le domaine intellectuel en premier que les manifestations de JAUNE ont été visibles, notamment par les théories déjà citées.

JAUNE dans les sociétés actuelles

Selon les estimations de Cowan et Beck, JAUNE concerne aujourd’hui environ 5% de la population mondiale. Ces individus sont assez difficiles à repérer pour trois raisons. D’abord, leur volonté d’agir en ayant l’impact minimal les rend peu visibles. Ensuite, leur désintérêt pour tout ce qui est image fait qu’ils ne se mettent pas en avant et qu’ils n’éprouvent pas le besoin de clamer sur les toits qui ils sont et ce qu’ils font. Enfin, quand ils sont en interaction avec une personne, ils peuvent parfaitement utiliser un niveau d’existence inférieur plus adapté.

On peut toutefois les reconnaître parce qu’ils utilisent successivement ou simultanément plusieurs niveaux d’existence. Quand elles utilisent des niveaux d’existence du premier Plateau, les personnes dominées par JAUNE en apprécient la valeur, mais elles n’y sont pas attachées.

La psychogenèse JAUNE

Aujourd’hui, les individus ayant atteint le niveau JAUNE l’ont forcément fait au cours de leur âge adulte, dans des conditions de vie très particulières. Il faut qu’ils aient rejeté ORANGE, puis qu’ils aient adhéré à VERT et l’aient expérimenté et rejeté à son tour, enfin qu’ils aient acquis les modes de pensée et de fonctionnement de JAUNE! C’est relativement rare et lié à une histoire de vie particulière.

Rien ne permet donc aujourd’hui d’imaginer quand et comment se mettra en place JAUNE dans le développement psychologique des individus lorsque ce valmème sera répandu et concernera une part significative de la société.

Vivre avec des individus en JAUNE

Communiquer, vivre, travailler avec une personne centrée en JAUNE est aisé… théoriquement! Elle est foncièrement autonome, responsable et peu exigeante. Compliments, attentions, joies de l’existence quotidienne, elle peut apprécier tout cela, mais elle peut aussi s’en passer et, au fond, “cela n’a pas d’importance”. Pour tous les niveaux précédents de la Spirale Dynamique, cette non-dépendance est perçue comme de la distance, voire du désintérêt. Ce n’est pas le cas, mais elle considère que vous avez le droit de percevoir son attitude ainsi et ne prend pas forcément le temps, une ressource précieuse, de vous expliquer son fonctionnement.

Le relativisme de ses principes et de ses modèles amène un individu dominé par JAUNE à changer facilement de cap dès qu’il pense avoir trouvé une manière plus fonctionnelle d’être et d’agir. Là aussi, il ne s’explique que s’il le juge nécessaire et peut être perçu comme amoral et versatile par les valmèmes du premier plateau.

En entreprise, la personne positionnée en JAUNE fait ce qu’elle estime approprié pour remplir sa fonction. Elle admet évidemment qu’une direction définisse une finalité et des objectifs, mais elle se débrouille seule pour les atteindre et estime que son management doit se manifester uniquement quand elle en exprime le besoin. La notion de loyauté vis à vis d’une entreprise ne fait pas sens. Elle se sent engagée par sa fonction dans des systèmes beaucoup plus larges que la compagnie dans laquelle elle travaille. Si nécessaire, elle fait ce qu’il faut pour modifier son entreprise, et si elle n’y arrive pas, elle se retire psychologiquement ou physiquement.