Archives par mot-clé : partage

56-BEIGE et les réflexions intellectuelles

Il y a quelques mois, quelqu’un m’a contactée sur mon ancien blog sur la Spirale Dynamique et nous avons commencé à échanger des courriels. Ensuite, une autre personne qui m’avait contactée le lendemain et avec laquelle j’ai également échangé plusieurs messages a proposé de créer un groupe Google sur la Spirale Spirale Dynamique avec lettresDynamique et le développement personnel. Mon idée n’était pas le développement personnel, je ne me sens pas en retard dans ce domaine ou dans le besoin, mais je me suis dit que cela pourrait être intéressant d’y participer. Mais j’ai vite senti que cela allait me peser plus que de raison, car le français et la calligraphie de la seconde personne était exécrable. Je faisais toujours un copié-collé de ses textes et les corrigeais pour pouvoir les comprendre. Cela fait longtemps que je sais que les trop nombreuses fautes de français m’insupportent et je l’avais mis sur le compte de mon professionnalisme linguistique en raison de mes études de langues étrangères avant de savoir que c’était plutôt dû à la surdouance. J’ai donc quitté le groupe parce que je souffrais du manque de considération pour mes besoins. Mais je restais ouverte à des échanges ultérieurs par courriel si envie.

Plusieurs semaines plus tard, je reçus le message suivant (en italique) de la première personne auquel j’ai répondu en un seul message, mais que je vais découper et insérer entre double parenthèses afin de permettre une meilleure compréhension. Au fait, j’ai été élevée à ne jamais dire « je veux », mais « je voudrais ».

Ce message est une main tendue même si je ne suis pas là pour faire le béni-oui-oui à tes “je veux”, au besoin de “sauveur” que tu exprimes dans un monde où les gens n’auraient qu’à épouser ta vision du monde sans avoir d’autres alternatives d’expression… Le Monde et Internet ne sont pas remplis que de robots comme tu l’exprimes, il y a une foule de gens merveilleux de part le Monde qui sont d’une richesse et d’un Cœur a en tomber à la renverse. Ce Monde existe au milieu de la pire des barbaries et des cruautés, et j’ai la chance de le parcourir au quotidien, il n’y a pas de raisons pour qu’il te soit fermé pour peu que tu en fasse le choix…

((Arthur, si tu as lu l’article Vivre en BEIGE sur le blog, tu n’as soit rien compris, soit tu n’en a rien à cirer. Et excuse-moi de te le balancer ainsi à la figure, mais s’il y avait une foule de gens merveilleux qui agissent, le monde ne serait pas dans une telle catastrophe.))

C’est une main tendue pour que tu puisses te remettre en chemin vers ce Monde via le dialogue et l’observation, reconnaissant ta vision du monde comme étant ta vérité, l’endroit du chemin où tu te trouves et l’hyper-émotivité que tu exprimes et en respectant tout cela.

((Pour toi, un message peut paraître comme une main tendue, pour moi, c’est uniquement une suite de lettres qui ne tiennent pas compte de ma situation, donc toujours encore du premier plateau où chacun est égoïste et se moque des conditions de vie de son prochain. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai quitté ce groupe qui tourne entièrement autour de Laurent dont je ne supportais plus le français exécrable. Je me suis tellement retenue que je n’y arrivais plus tellement cela me rebutait.

Pourquoi faut-il que tu te vantes auprès de moi avec cette arrogance condescendante des surdoués qui vont bien que tu as la chance de parcourir ton monde de personnes merveilleuses au quotidien.
Et le dialogue et l’observation, c’est bon pour les bobos intellectuels qui ne se soucient pas le moins du monde de leur prochain. Quand on souffre depuis si longtemps, on ne peut pas ramener les problèmes à des sujets intellectuels. Si vous n’avez pas l’empathie nécessaire pour remarquer cela, on ne trouvera jamais de terrain d’entente.))

Je précise juste que le cadre de dialogue que j’offre ici est sans concessions sur le regard envers soi-même et l’autre, ce message n’a pas pour but de te faire plaisir mais a pour but l’observation la plus profonde selon nos capacités et l’acceptation de la vérité de l’autre et de son libre-arbitre afin de pouvoir aller au-delà de ses souffrances et de ses chaînes…
Je ne sais pas si je suis le messager dont tu as besoin pour te remettre en route mais je sais la Gratitude que j’ai pour le messager que tu as été sur mon chemin et je ne pouvais pas passer à côté d’écrire ce mail vers toi.

bureau-2009-3((En fait, je pense qu’il ressort de ces quelques semaines de connaissances que nous sommes parfaitement incompatibles. Pendant cette période, tu ne m’as apporté rien de positif et je ne t’ai apporté rien de positif, du moins tel que je le perçois alors pas besoin de gratitude.))

Libre à toi de répondre à cette main tendue tel que je suis capable de te l’offrir avec les limites qui sont les miennes. Libre à toi de poursuivre ton chemin sans donner de suite à ce message.

((Si tu étais en Jaune et/ou Turquoise, tu valoriserais tous les valmèmes et donc aussi Beige et tu veillerais à ce que ceux qui font partie de ton réseau de connaissances aient les mêmes droits que toi. Et s’ils ne les ont pas, tu les aiderais, car un être humain Jaune n’est plus égoïste, il n’est plus tourné vers son ego, sauf dans le cas d’un besoin de survie.
Donc, tu l’auras compris, je n’ai pas besoin de messager, j’ai besoin d’autre chose que tu ne sais pas donner.))

J’ai changé les noms des intéressés et bien sûr que notre relation s’est arrêtée là, parce que même avec un Bac+6, un savoir immense et un potentiel qui paraît presque infini, quand on vit en BEIGE, on a besoin d’autre chose que de baratin.

24-VERT, toujours encore une minorité en France

VERT, c’est la grande aspiration en France

Son thème est sacrifier le soi maintenant pour obtenir maintenant l’harmonie pour soi et pour les autres, ici et maintenant comme on entend si souvent dans ce valmème.

Comme tous les autres niveaux d’existence, ORANGE n’est ni bon, ni mauvais en soi, ou plutôt il est potentiellement l’un et l’autre. En s’appuyant sur la technologie, ORANGE a donné à une partie de l’humanité une puissance inimagi­nable. Cette force a permis de réaliser des accomplissements extraordinaires, mais en même temps, elle a fait des dégâts considérables sur tous les plans. Mondialement, la pollution et l’effet de serre font s’interro­ger sur la survie même de l’espèce humaine. Socialement, même si le niveau de vie de tous a globalement augmenté, les inégalités se sont accrues. Humainement, la dureté des relations entre les personnes crée un sentiment de solitude que la consommation tous azimuts augmente sensiblement. Philosophiquement et spirituellement, l’absence de réelles valeurs morales génère un désarroi et une sensation de vide. Pour corriger la superficialité de ORANGE, l’être humain passe en VERT en se tournant vers le monde des émotions positives et des relations.

S'embrasser est le meilleur médicament
S’embrasser est le meilleur médicament

L’intensité de l’impact de ORANGE a une autre conséquence. L’accélération de l’émergence des nouveaux systèmes de valeur, évidente depuis le début de la Spirale Dynamique, fait que la durée de vie de ORANGE est courte et que les per­sonnes qui “inventent” VERT ont souvent connu des sociétés basées sur les deux valmèmes précédents. Ainsi VERT est conscient à la fois des limites de BLEU et de celles de ORANGE. Il accepte donc le sacrifice de soi qu’implique un ni­veau d’existence collectif, mais il veut en toucher les dividendes tout de suite sous forme de relations harmonieuses avec les autres, voire même “affectueuses” selon le terme de Clare Graves. Il reste donc en VERT un certain narcissisme et une intolérance à la frustration directement hérités de ORANGE.

Le rejet de BLEU a aussi pour conséquence un refus de tout ce qui peut être perçu comme un dogme. Par suite, la pen­sée de VERT est relativiste: toutes les idées se valent, chaque personne a des choses pertinentes à dire sur touts les su­jets, la notion de vérité n’existe pas.

Cela implique que personne ne peut imposer un point de vue à un individu dominé par VERT et donc que toute décision doit être prise par consensus. Pour l’atteindre, une première phase consiste dans l’expression de la position de chacun et notamment de son ressenti émotionnel face à la situation; ne pas exprimer ses émotions serait perçu comme une mé­fiance vis à vis de la communauté et donc provoquerait le rejet. Ensuite, tout ayant été mis sur la table, une discussion sincère peut parvenir à un choix unanime. Même si VERT étudie intellectuellement toutes les possibilités, la décision fi­nale est prise sur des caractères émotionnels et tient compte de toutes les sensibilités. Ces deux étapes prennent le temps nécessaire pour qu’elles aboutissent au résultat souhaité. Contrairement à son prédécesseur, VERT n’est pas pressé, la qualité étant plus importante que la quantité.

Ainsi se crée un sens fort de la communauté, basée ni sur la réciprocité comme en POURPRE, ni sur une croyance commune comme en BLEU, mais sur un lien personnel entre tous ses membres. Le contact régulier et amical est le ciment du groupe, même si, grâce aux conditions de vie du XXIe siècle, il n’implique par forcé­ment une présence physique. ((Mon expérience avec l’Afrique me montre que pour moi, cela fonctionne ainsi, mais pour eux qui sont au niveau POURPRE souvent en ce qui concerne le lien, la présence physique est nécessaire sinon l’autre est plus ou moins oublié et il n’y a pas de ciment de groupe transnational. Et du coup, comme mes amis africains ne fonctionnent pas ainsi, je retombe aussi au niveau de Pourpre à la recherche de liens dans la réalité.))

VERT s’indigne du rejet des autres par BLEU et des injustices générées par ORANGE. Il considère que la Terre est l’ha­bitat commun de l’humanité et que ses ressources appartiennent à tous. Pour la première fois, on passe d’une perception du monde ethnocentrique, égocentrique ou sociocentrique à un début de vision humanocentrique, selon le terme de Ken Wilber. Début seulement, car VERT fait une nette distinction entre sa communauté et les autres. Il faudra attendre JAUNE et surtout TURQUOISE pour que les problèmes globaux de l’humanité soient réellement pris en compte.

Disparue en ORANGE, la culpabilité fait son retour lors de l’émergence de VERT. Elle est cependant différente. Il ne s’agit plus de culpabiliser individuellement pour avoir mal fait, mais collectivement pour avoir transgressé les valeurs importantes pour le valmème. Une personne en VERT peut par exemple se sentir coupable parce qu’elle vit dans une socié­té d’abondance alors qu’une bonne partie de la population a faim. ((“Vous les blancs, vous vivez sur le dos des noirs.”))Elle peut même se sentir coupable d’actes commis par sa communauté dans le passé.

La sociogenèse de VERT

Apparu au début du XXe siècle, VERT peut encore être considéré comme un valmème en cours d’émergence, et aucune socié­té ne l’incarne aujourd’hui complètement.

Comme pour ORANGE, le mouvement vers le même VERT a commencé sur le plan intellectuel. Les philosophes fran­çais qui ont inspiré les courants postmoderne et post-structuraliste, Michel Foucault, Jean-François Lyotard et Jacques Derrida notamment, se caractérisent par un rejet du rationalisme, du matérialisme et de l’idéalisme. Ils critiquent la soi-disant vocation universaliste de la philosophie et rejettent l’historicisme. Bien qu’ils s’en défendent, ils ont été considérés par leurs adversaires comme relativistes, voire comme se livrant à un abandon nihiliste du sens. Des mouvements paral­lèles existent en architecture, en littérature, en peinture, etc.

VERT s’est développé aussi dans un certain nombre d’entreprises où apparaissent des formes de management privilé­giant l’échange et le partage considérés comme prioritaires par rapport aux critères économiques. VERT apparaît aussi dans certaines petites structures sociales. Et en politique, VERT imprègne les social-démocraties de l’Europe du Nord, Suède surtout, Danemark, Norvège, Finlande. Ces États sont marqués par une politique, une pratique et une attitude. Politiquement, ce sont des États providence multiculturels et laïcs, protégeant l’environnement et les droits de l’homme, encourageant une économie sociale de marché, privilégiant le commerce équitable, et voulant faire profiter tous les citoyens d’un service public efficace au moyen d’une imposition forte et progressive. Ils pratiquent systématiquement la concertation et la recherche de compromis. Enfin, ils manifestent une grande tolérance sur la plupart des sujets de société (avortement, droit des homosexuels, utilisation des drogues, etc.).

VERT dans les sociétés actuelles

Avec environ 10% de la population humaine centrée à ce niveau d’existence, VERT est encore marginal. Nous sommes donc dans sa phase de sociogenèse, et ce que nous avons dit dans la section précédente décrit l’état actuel du valmème. Tou­tefois les signes de son développement se multiplient dans les sociétés aujourd’hui dominées par ORANGE. En France, les créatifs culturels positionnés dans la transition entre ORANGE et VERT, représenteraient 17% de la population. La campagne présidentielle de 2007 a vu, pour la première fois, l’apparition de thèmes de campagne directement liés à VERT.

Aux États-Unis, dans les États où BLEU est le plus faible, les indicateurs de la transition vers le valmème VERT sont nom­breux. Un exemple sont les 160 référendums d’initiative populaire organisés en Californie.

Pendant ce temps, les valmèmes précédents résistent. POURPRE et ROUGE ne sont même pas conscients de l’apparition de VERT. BLEU y voit une menace mortelle, la notion de Vérité Ultime déjà mise à mal par ORANGE étant encore plus contestée par VERT. Par exemple, la première homélie prononcée par le pape Benoît XVI après son élection identifiait l’adversaire: “Le relativisme, autrement dit le fait de se laisser porter de-ci de-là par n’importe quel vent de doctrine ap­paraît comme l’unique attitude à la hauteur de l’époque d’aujourd’hui. Il se crée une dictature du relativisme qui ne re­connaît rien de définitif et qui laisse comme mesure ultime seulement l’ego et ses désirs”.

De son côté, ORANGE est persuadé que le système est non viable parce qu’inefficace, alors que les exemples abondent de réussites de VERT. Nous avons déjà cité sur le plan économique de Gore & Associés, et on peut rajouter aux expé­rimentations sociales déjà mentionnées une mesure prise aux Pays-Bas, dans certaines communes où toute forme de si­gnalisation routière a été supprimée.

Il existe comme cela une multitude de règles et de normes que les personnes positionnées avant VERT croient indispen­sables, et que ce dernier s’empressera de supprimer et de remplacer par une simple prise en compte respectueuse des autres.

La psychogenèse de VERT

Dans les pays dans lesquels VERT est fort, le valmème commence à émerger dès le début de l’âge adulte. Il faut dire que l’environnement social et notamment le système scolaire y préparent les jeunes dès l’enfance.

Dans les pays culminant en ORANGE ou avant sur la Spirale Dynamique, il n’y a pas de constante sur les éléments qui font basculer une personne vers le valmème VERT, ni sur l’âge auquel cela se produit. Chaque individu peut voir ses condi­tions de vie évoluer d’une manière particulière et réagit en conséquence. Cependant, la multiplication du discours mé­diatique sur les problèmes environnementaux et sur l’accroissement des inégalités fait que ce changement a lieu de plus en plus souvent et de plus en plus tôt. Les cas les plus fréquents sont toutefois le passage vers la quarantaine, la fameuse crise des 40 ans, ou au jeune âge adulte comme dans les pays centrés sur VERT.

Vivre avec des individus en VERT

Communiquer avec une personne positionnée en VERT nécessite une approche à la fois individuelle et collective. Indi­viduellement, il s’agit de l’écouter et surtout de s’intéresser à ses émotions par rapport à la situation. Puis comme pour tout valmème collectif, il est nécessaire, directement ou par son intermédiaire, de convaincre toute sa communauté. Un dis­cours respectueux de toutes les sensibilités est indispensable: VERT pratique et apprécie le politiquement correct. Toute tentative de prendre le pouvoir, d’accélérer le mouvement, de jouer personnel ou de vouloir dresser les uns contre les autres aboutit à une rupture immédiate de la relation.

C’est dire que les entreprises actuelles, pour la plupart centrées en BLEU et/ou ORANGE ne savent plus manager VERT qu’elles ne savaient gérer POURPRE ou ROUGE. Elles considèrent avec stupeur les membres de ce que les sociologues ont appelé la génération X.

Les personnes centrées en VERT veulent être managées, comme elles veulent apprendre et comme elles veulent vivre, dans un processus de groupe fondé sur l’acceptation et la reconnaissance mutuelles, l’échange et la coopération.

Résumé

  • Le monde et ses ressources sont communs à toute l’humanité.
  • L’homme doit être libéré des dogmes et de l’exploitation.
  • L’exploration de la vie intérieure et l’appartenance à une communauté sont prioritaires.