Archives par mot-clé : survie

30-Qui m’aidera à sortir du piège Gamma?

Lorsque l’on franchit un valmème, comme dans mon cas, de Jaune en Turquoise ou de Turquoise en Corail, on passe par diverses étapes qui sont Alpha, Bêta, Gamma, Delta, puis à nouveau Alpha qui est un état stabilisé. En ce qui me concerne, le test psychologique au début de ma formation a révélé, ce que je savais du reste, que je suis profondément entrée dans le Gamma, un état de colère, de manque d’espoir et de révolution. “Si les choses vont suffisamment mal, l’entité (organisation ou personne) descend de Bêta à Gamma. Et là, on est fait comme un rat en raison de barrières qui semblent infranchissables. Il y a en Gamma une vision claire de comment sont les choses mauvaises, que la perception soit correcte ou pas, il produit un vrai sens pour savoir ce qui n’a pas marché et pourquoi.”

Avant de sombrer dans Gamma, voire une fois qu’on y est, il y a une option de réforme. Mais “voir l’option de réforme requiert en général que quelqu’un vous ramène vers le bas et vous le montre. En fait, prendre le chemin de la réforme requiert une volonté de pro-agir plutôt que de réagir ((dans mon cas ne plus lutter contre le système, mais le quitter et construire quelque chose de tout nouveau ailleurs, mais avec d’autres. Mais où sont ces autres?)), un engagement sincère à prendre quelques risques et d’avoir l’énergie de se détourner d’un chemin glissant et d’avancer à travers champs ((c’est le cas de le dire avec 4 ha de champs au Sénégal)). La plupart des gens attendent que le prochain pont soit construit, et alors il est trop tard, car ils tombent dans le piège Gamma.”

J’ai toujours pris des risques, couru à travers champs, agi et réagi, mais rien n’y fit. Mon pont, ce sont les relations humaines que je peux tisser avec d’autres, mais ils ne veulent pas. En France, plus précisément en Alsace, les gens mènent une guerre sociale contre moi, je vis dans l’exclusion pour délit de conscience. Je n’ai pas le droit de dire ce que me dicte ma conscience et ma pensée si je veux être acceptée. C’est absurde et j’en suis bien consciente.

“Un Gamma profond est une période très difficile car une partie de la perception est que l’intéressée n’a pratiquement aucun pouvoir pour changer les choses”. Je suis dans cette situation, mais les nassaras, les blancs comme on dit au Burkina, n’en ont que faire. “Souvent le système de valmèmes ((les couleurs de la Spirale)) est lui-même la barrière. La personne sait trop pour son propre bien.” Ce problème est bien le mien, alors je fais quoi, je coupe un quart de ma cervelle pour savoir moins???

“Les émotions qu’occasionnent les frustrations et la confusion de Bêta libèrent une colère profonde et de l’hostilité en Gamma ((tout à fait ma situation)). Même revenir au passé n’a plus de sens ((oui, je ne le supporte pas de revenir en arrière)). Imaginez-vous dans le coffre d’une voiture, impossible de vous libérer. Personne ne peut entendre vos cris désespérés pour de l’aide. Il n’y a plus d’espace pour respirer. Pouvez-vous ressentir la panique, la peur? Vous vivez sur des montagnes russes émotionnelles. Il y a des tentatives effrénées d’en sortir, de trouver de simples moments de paix dans un monde chaotique et chancelant ((oui juste un peu de répit, de paix)). La patience de Bêta du “attendons, nous verrons bien” ou “espérons que les choses se passent bien” ((la situation de la plupart des gens autour de moi)) est remplacée par des demandes impatientes d’actions et des actions maintenant, tout de suite. Il n’y a plus rien à perdre.” ((Oui, je suis tellement impatiente que les choses avancent que je n’ai pas hésité à écrire un blog de suicide. »

Alpha, c’est le chemin vers le bien-être. Mais pour moi, on me l’a refusé, ce sont les autres, les égoïstes, qui m’ont fait entrer dans la phase Gamma. “On ne peut plus aller en arrière, mais on ne peut pas non plus avancer. C’est ainsi dans le piège Gamma. Toute l’énergie disponible est concentrée pour exister au jour le jour. ((Oui, je suis dans la survie, comme sur une corde raide avec le gouffre juste en-dessous.)) La nuit apporte des moments de réflexion et de désespoir. L’aube n’éveille que des instincts de survie primitifs – fuir ou se battre. Mais quel bonheur y a-t-il pour une mouche de voler en plein dans une flamme?” C’est tout à fait ma question! Quel bonheur aurais-je à soutenir un SYSTÈME absurde? Aucun, absolument aucun, une frustration sans fin.

“Quel en est le sens? Oublier le futur. Au diable le passé. Les autres n’ont qu’à s’occuper d’eux-mêmes.” Je n’arrive pas à raisonner ainsi. Même dans l’exclusion depuis 10 ans, ma pensée va d’abord aux plus faibles de tous, les Africains. La souffrance pénètre dans la profondeur de l’âme. C’est parce que je pense que les blancs sont déjà en grande partie déshumanisés qu’ils ne ressentent plus rien et qu’ils sont mêmes capables de vous répondre qu’ils n’ont pas à s’occuper de vos problèmes alors qu’ils sont directement à l’origine de ces problèmes!

“Malgré l’inconfort qu’il cause pour celui qui le vit et son entourage, le creux Gamma semble inévitable. Il est même bénéfique en ce qu’il donne la certitude que la seule solution est bien le passage au niveau suivant. Toutefois, un accompagnement approprié par des parents, des managers, des coachs, des thérapeutes, des travailleurs sociaux ou des hommes politiques permet de le rendre moins intense et plus court.” Je n’ai plus qu’une seule amie que je vois une fois par semaine ou toutes les deux semaines, c’est absolument insuffisant pour sortir du creux Gamma. Aucune des personnes citées ne me procure l’aide dont j’ai besoin! Merci la France.

Never give up!

26-BEIGE met l’accent sur l’instinct

BEIGE est la couleur de l’instinct, on se bat toujours pour une seule chose : survivre, automatiquement, comme un réflexe. Les besoins humains doivent être satisfaits : manger, boire, dormir, éventuellement se reproduire. Les pensées tournent toujours autour des mêmes choses, où trouver à manger, où dormir la nuit sans se faire chasser alors que l’on vient de s’endormir. Mon corps me dit ce que je dois faire, mes instincts me dictent quand je dois fuir ou me faire tout petit.

“Une conscience du Moi ? C’est quoi ce truc ? Non, je n’ai pas étudié la philo. J’étais ouvrier quand mon poste a été muté en Asie et je suis resté ici. J’avais une femme et deux filles, mais au chômage pendant des années, elles m’ont quitté. Je ne pouvais plus payer le loyer, et mes amis se sont détournés de moi. Ils ne voulaient pas entendre parler de mes problèmes alors qu’ils sont à l’origine même de ces problèmes. C’est ainsi que j’ai atterri dans la rue. Mais j’ai besoin d’amis, du moins de co-combattants sinon on ne peut pas survivre dans la jungle des villes.”

Il y a des dizaines de milliers d’années BEIGE était le valmème de l’avant-garde puisqu’il n’y avait rien avant. L’être humain en BEIGE est le premier humain sur la Spirale. Il a des avantages par rapport aux singes et aux autres vertébrés. Il vit maintenant dans des sociétés de collecte, dans les sociétés d’aujourd’hui on peut voir cela aux caddies remplis de sachets en plastique vides ou remplis de bricoles inutiles que le clochard pousse devant lui et pour lequel il se battrait à mort car c’est la seule richesse de l’homme moderne en BEIGE.

En BEIGE, il n’y a que peu de sentiments. Il n’y a pas d’énergie superflue pour se sortir soi-même de la la boue, les seules forces disponibles sont utilisées pour la survie. La morale n’existe pas encore à ce niveau d’évolution ou elle a disparu dans les méandres des problèmes plus urgents. Même la compréhension du temps et de l’espace ne compte pas puisque l’on est constamment en train de changer de place ou de fuir.

BEIGE est la première étape vers la complexité de la pensée de l’Homme d’aujourd’hui, en quelque sorte c’était le nourrisson de la pensée. Étant donné que l’on répond sans réfléchir à ses besoins de faim et de soif, il est impératif, quand on a des petits enfants autour de soi, de veiller à tenir éloignés d’eux toute bouteille d’alcool ou de produit de nettoyage et tout médicament susceptible d’être avalé, car lorsqu’ils ont faim ou soif, ils avalent tout ce qu’ils trouvent.

Table des matièresMis à part les nouveau-nés qui traversent assez rapidement cette période et les personnes qui ont des dommages cérébraux qui restent indéfiniment à ce stade, on trouve BEIGE aujourd’hui principalement chez les sans-abris, les victimes de grosses famines et de guerres, de pauvreté extrême ainsi que des suites négatives de valmèmes plus complexes de la société, qui tirent temps et argent vers eux et qui créent le manque chez BEIGE.

Comment se comporter avec des personnes en BEIGE ? Le mieux serait de les appréhender avec chaleur humaine, empathie, douceur. Souvent, ces personnes ne sont même plus capables de demander de l’aide, il faut la leur donner. Si un BEIGE fort est relativement rigide, il faudrait instaurer un système de soins, les médicaments et l’alimentation doivent être administrés, il ne suffit pas de les offrir.

Afin de passer de BEIGE à POURPRE, il faut que les besoins de base soient satisfaits et que l’on ne se retrouve plus en lutte continue tous les jours. De nouvelles connexions neuronales se forment dans le cerveau qui laissent apparaître une prise de conscience claire du « je, moi et moi-même ». Passer en quelque sorte du stade de famine au stade du camp de réfugiés. Dans la mesure où plus de temps est disponible maintenant, on commence à réfléchir au pourquoi de certaines choses, on commence à faire des observations directes et à en tirer des conclusions pour relier cause et effet. Tout le reste, ce qu’on ne comprend pas, est lié à la “magie” qui a son grand jour en POURPRE.

BEIGE était un valmème centré sur le Moi sous contrôle extérieur, POURPRE sera un valmème centré sur le Nous avec un contrôle intérieur.